Bienvenue ! 93 -Garunna O.T.O

Ce site présente le projet de Camp de l’O.T.O du Sud-Ouest de la France .

L’O.T.O est une organisation initiatique d’inspiration para-maçonnique et rosicrucienne qui possède une philosophie unique concernant la liberté personnelle et la libre Volonté des individus suivant le principe :

« Fais ce que tu voudras sera le Tout de la Loi … » suivi de son corollaire : «L’Amour est la Loi, l’Amour sous la Volonté ! » :

Ce sont les deux principes élémentaires de ce qu’on nomme « La Loi de Thélème », d’après le nom de l’abbaye utopique de François Rabelais dans l’œuvre «Gargantua ». Dès 1875 à 1902; les créateurs de l’O.T.O, eux-mêmes franc-maçons de haut grade, et animés d’un esprit d’ouverture, concevaient un système initiatique accessible aux femmes -système donc automatiquement exclu de la franc-maçonnerie de l’époque; car elles n’y étaient pas admises-.

Dès les débuts de l’O.T.O, dans un manifeste de 1917, Theodor Reuss expliquait la nature de cette société initiatique basée sur la liberté de pensée de ses membres et la prise en compte de leur libre arbitre :

«Faites savoir», commença ce manifeste, «qu’il existe, inconnue du commun des mortels, un très ancien Ordre de Sages dont l’objet est l’amélioration et l’évolution spirituelle de l’humanité en donnant le moyen de combattre l’erreur et d’aider les hommes et les femmes dans leurs efforts pour obtenir le pouvoir de reconnaître la Vérité. Cet Ordre existait déjà dans les temps les plus reculés [ ] ; il a provoqué des révolutions sociales et politiques [ ]. Il a toujours porté la bannière de la liberté contre la tyrannie sous quelque forme qu’elle ait eu, que ce soit sous le visage du despotisme politique, social ou clérical, ou de toute oppression de quelque nature que ce soit. À cet Ordre secret, toute personne sage et spirituellement éclairée y appartient de plein droit naturellement [ ]. Dans cette société sacrée, personne ne peut y être conduit par un autre, à moins qu’il ne se soit autorisé à y entrer lui-même en vertu de sa propre illumination intérieure. Personne ne peut en être expulsé après son entrée, à moins qu’il ne s’expulse lui-même en devenant infidèle à ses principes et oublie encore les vérités qu’il a apprises par sa propre expérience. Cette organisation est connue à l’heure actuelle comme étant l’Ancien Ordre des Templiers Orientaux : Ordo Templi Orientis (O.T.O) ou la Fraternité Hermétique de la Lumière ».

L’O.T.O est aujourd’hui une organisation initiatique structurée dans un grand nombre de pays ( https://www.oto.org/). Les membres sont seuls responsables de leur progression dans la structure initiatique et les degrés sont conçus de manière à ce qu’il soit très difficile d’avancer si la compréhension des notions antérieures n’est pas acquise. Les enseignements initiatiques y sont de grande qualité. Le prix des adhésions y est très modeste (entre 40 € et quelque centaines d’euros pour les premiers et les derniers degrés), bien inférieur en général aux capitations de la plupart des obédiences franc-maçonniques françaises.

Contrairement à d’autres groupes où des pratiques douteuses ont cours, les membres de l’O.T.O prêtent un serment de ne jamais imposer leur Volonté à des tiers, et de ne pas eux-même soumettre leur propre Volonté à un tiers ou à un groupe de pensée initiatique, politique ou religieux. En effet nous ne pensons pas que réaliser des serments en jurant soumission à genoux et obéissance aveugle à des ordres initiatiques (dont certains sont suspects) puisse avoir un quelconque mérite, hormis préparer fatalement les esprits à des valeurs totalitaires. Cet principe initial d’indépendance de la pensée des membres de l’O.T.O est fondamentale, il fut continué et amélioré par Crowley ; qui développa la notion de « Vraie Volonté » ou « Vrai Vouloir » de chacun qui prit plus d’ampleur dans la philosophie de l’O.T.O et du thélémisme en général.

Ainsi d’après Soror Viramam (Mary d’Este Sturges) commentant cette thématique de la Liberté dans le cadre initiatique : « [Aleister Crowley] est le plus intègre de tous les grands instructeurs [ ]. Les autres ont dit : « Croyez-moi ! ». Lui dit : « Ne me croyez pas ! ». [..]. Ceux qui ont désiré que les hommes les croient étaient absurdes. [..] Il ne cherche pas de disciples; il les mépriserait et les rejetterait. Ce qu’il veut, c’est un corps d’étudiants, indépendant et sûr de lui, où ceux-ci suivraient leurs propres méthodes de recherche. »

La spécificité de notre camp du Sud-Ouest est d’avoir une philosophie insistant sur le caractère agnostique, areligieux et adoctrinaire du Thélémisme et de l’approche initiatique. Animés d’un esprit de tolérance, nous considérons toute forme de dévotion religieuse ou pratique religieuse quelle qu’elle soit comme honorable (tant qu’elle respecte le libre arbitre des non-pratiquants !). Mais nous pensons aussi ne pas avoir besoin d’une pratique religieuse pour élaborer une approche sincère du Mysticisme et de l’Initiation. Certains dans le monde pratiquent un thélémisme souvent empreint de religiosité. Nous respectons cela, d’autant plus que ces formes sont les bases culturelles de la plupart de ces pays les hébergeant. En littérature classique, le personnage de « l’œuvre au noir » de Marguerite Yourcenar, inspiré de Paracelse, décrit bien la difficulté pour les adeptes des philosophies de la Nature de s’insérer dans tout cadre doctrinaire et religieux. Nous revendiquons donc pouvoir, sur le sol français, patrie des Lumières, pratiquer un thélémisme adogmatique, adoctrinaire et potentiellement agnostique ou athée, ce qui n’empêche en rien de se trouver également dans une démarche empreinte de spiritualité.

Ainsi l’O.T.O, et contrairement à beaucoup d’autres sociétés secrètes ou discrètes, permet de pratiquer des cérémonies de nature initiatique détachées de toute notions dogmatiques et doctrinaires. Le travail de Crowley dans la conception d’un cadre initiatique adoctrinaire avait été également noté par certains auteurs (rares) de la littérature ésotérique et franc-maçons de cette époque.

Portait de François Rabelais (1483-1553)

Nous attachons également dans notre Camp une grande importance à l’œuvre du français François Rabelais, le fondateur de l’Abbaye de Thélème et à la philosophie « rabelaisienne » dans laquelle la pratique de l’humour et l’omniprésence du second degré caractérise la pensée : à la fois humaniste, impertinente et décomplexée, sans illusions sur la nature humaine, mais emplie d’humour et de simplicité. Cette philosophie, dont est issu le « Fais ce que tu vouldras » de la Loi de Thélème crowleyenne, reste un rempart contre tous les fanatismes et aussi en général contre tous ceux qui prennent leurs propres idées au sérieux, et imposent leur pensée au titre où ils se prennent comme détenteurs uniques de la Vérité.

Le droit à l’impertinence, au doute métaphysique, au blasphème ou à l’athéisme revendiqué avec humour, et tout ce qui caractérise la truculence de l’esprit Rabelaisien, la pratique du banquet platonicien, sous forme d’agapes, le rire devant le ridicule de l’Homme, reste pour nous un guide, une lanterne. Quelle meilleure arme que l’humour et la dérision contre l’absurdité du monde que la civilisation technique a construit ?

François Rabelais n’est-il d’ailleurs pas un des Saint de l’O.T.O cité dans la Messe Gnostique ? Et ainsi perpétuant le règne de l’Humour et de l’Amour.

————————————————————————————————————————————————————————————————————

UN ARTICLE : Thelema est-elle une nouvelle religion ? Par Aleister Crowley.
Article initialement publié par « le Webzine d’Hermès » et mis à jour le 8 juin 2019. Il s’agit de la correspondance entre Crowley et Frieda Harris

Care Soror,

Fais ce que tu voudras sera le tout de la Loi.


«[En réponse à nos précédents échanges, vous dites : ] décririez-vous votre système comme une nouvelle religion ? » Vous estimez sans doute qu’il s’agit là d’une question pertinente. Et elle l’est, car c’est un slogan de l’A.·.A.·., « la méthode de la science – le but de la religion ». Ici, le mot « but », et son contexte, nous aident à trouver une définition ; cela doit signifier l’atteinte de la Connaissance et du Pouvoir dans les matières spirituelles – ou tout autre expression de ce type.
Aussitôt que l’on choisit une phrase, quelqu’un commence à finasser ! Cependant, nous savons parfaitement tous les deux ce que nous voulons dire.

L’héraldique de la Revue l’Equinoxe : la Méthode de la Science, le But de la Religion

Mais ce n’est certainement pas le sens que véhicule ce terme [Religion] dans votre question. On peut l’éclaircir dans notre esprit – comme nous l’avons déjà fait si souvent – si nous l’examinons sous le microscope de ce cher vieux Skeat (1). Religion, dit-il, du latin religio, piété, faire attention à : religens ; opposé à negligens, négliger ; l’attitude de Gallio (2). Mais cela implique aussi le fait de relier ensemble, par exemple, des idées ; en fait, d’en faire « un corpus de doctrines ». Ce qui n’est pas là une mauvaise expression. Une religion, par conséquent, est plus ou moins un ensemble de croyances cohérentes et consistantes, avec les préceptes et les interdits qui en découlent. Mais aussi, il y a le sens dans lequel Frazer (et moi-même) (a) utilisons souvent ce mot [Religion] : comme opposition à la «Science» ou à la «Magie».

Le problème ici c’est que les personnes religieuses attribuent aux phénomènes la volonté de quelque Être posé comme principe, agissant par la vertu des sacrifices, de la dévotion ou de l’invocation. A contrario, l’esprit scientifique ou magique croit aux Lois de la Nature, affirmant que « si A, alors B» – si vous faites comme ceci et comme cela le résultat sera tel ou tel, sans aucune interférence arbitraire.


Il est dit que Josué, par ses supplications, fit s’arrêter le soleil et la lune (b) et qu’Ézéchias, de la même manière, les fit « retourner sur le cadran d’Achaz » ; Willett (3) le fit en retardant les aiguilles de l’horloge, et il y eut un Acte du Parlement pour confirmer sa folie. Petruchio, de son côté, a dit : « il sera l’heure que je dirai qu’il sera » (4). Ces deux derniers se sont rapprochés de la méthode magique ; du moins de cette branche qui consiste à « gruger les gens sans arrêt ». Mais une telle opération utilisant la Véritable Magick serait au-delà des capacités de n’importe quel magicien que je connaisse, car cela mettrait en l’air tout le système solaire. Car la Vraie Magick signifie « employer un ensemble de forces naturelles comme avantage technique contre un autre ensemble »


Je cite de mémoire Thomas Henry Huxley, quand il explique que lorsqu’il lève ses avirons – ou son arc – il ne défie pas « les lois de la gravité ». Au contraire, il utilise ces lois dont les équations sont parties intégrantes du système grâce auquel il lève ses avirons sans les sortir de l’eau.

Pour résumer, notre système est une religion pour autant que la religion signifie rassembler avec enthousiasme un ensemble de doctrines dont aucune ne doit entrer en conflit avec la Science ou la Magie.

Appelez donc cela une nouvelle religion, si cela plaît à Votre Gracieuse Majesté ; mais je confesse que j’échoue à concevoir ce que vous y gagneriez ce faisant, et je me sens contraint d’ajouter qu’il se pourrait que vous causiez une grande incompréhension et que vous travailliez alors sur une chose relativement stupide.


Le mot [Religion] n’apparaît pas dans le Livre de la Loi.


L’Amour est la Loi, l’Amour sous la Volonté.
Fraternellement, 666


Notes :
(1) Philologue anglais né en 1835 et professeur au Christ’s College à Cambridge.
(2) Junius Annaeus Gallio, fils du rhétoricien Sénèque l’ancien. Dans le cadre de ses fonctions de consul de la province d’Achée, il rejeta les accusations des juifs contre Saint Paul (Actes des Apôtres, 18). C’est de son comportement pendant cet épisode (« mais Gallio ne se préoccupe d’aucune de ces choses », verset 17) dont parle Crowley.
(a) anthropologue et folkloriste britannique auteur du « Rameau d’or » ; un livre qui compare les pratiques des religions primitives et qui est une référence assez souvent citée par Crowley concernant les influences anthropologiques de son travail.

(b) un enseignement du second degré de la franc-maçonnerie anglo-saxonne, Rite anglais de type Rite d’York ou Emulation auquels Crowley était initié.

(3) William Willett, né en 1856, était un constructeur anglais et le principal promoteur de l’heure d’hiver.
(4) Petruchio (Petruccio) est un personnage masculin de la pièce de Shakespeare « The Taming of the Shrew » (vers 1590–1594). Petruchio est un chercheur de trésors qui se marie avec une jeune femme passionnée et volontaire prénommée Kate dont il essayera alors de tempérer l’esprit.